fbpx

Gérer la perte d’un proche par l’autohypnose

Comment l’autohypnose nous aide à faire le deuil d’un être cher ?

Accepter la perte d’un enfant, d’une sœur, d’un frère, d’un père, d’une mère, d’un parent ou d’une ou d’un ami proche est une épreuve douloureuse est très difficile dans la vie de chacun d’entre nous.
Dans cette société qui va vite et de plus en plus impersonnelle, il est parfois important de recevoir une aide pour ce moment très difficile.

L’hypnothérapeute

L’expert qui vous accompagne dans cette formation est notre éminent et renommé consultant, 

Christophe Chaumet

Monsieur Christophe Chaumet est né en 1955 et exerce l’hypnothérapie depuis 2003. Après une formation initiale en psychologie à l’université de Paris Jussieu, il a ensuite été formé à l’hypnose dans une école parisienne. Il a continué d’étudier les principes et les méthodes de la thérapie ericksonienne avec les écrits d’Erickson et de ceux qui ont travaillé avec lui directement comme

  • Bandler, et Grinder, les pères de la PNL,
  • Watzlavick, du MRI de Palo-Alto et professeur à l’Université de Standford,
  • et E. Rossi collaborateur d’Erickson pendant 10 ans.

Monsieur Christophe Chaumet est également l’auteur d’un livre de référence sur l’hypnothérapie qui est le fruit des formations qu’il a animées. Ce livre est disponible par Internet à cette adresse: www.hypnotherapie-le-livre.com.

Dans ses cabinets successifs à Paris, en Ardèche, et finalement à Montpellier, il a reçu de centaines de patients venant des quatre coins de la France et de l’étranger (Belgique, Luxembourg, Suisse, Tunisie, Angleterre… ), et depuis plusieurs années, par Internet, avec des patients éloignés (Algérie, Chine, Italie, Canada, Japon…).

Profitez de la formation d’apprentissage de l’état hypnotique complètement gratuite !

Ce module, composée de 13 parties, vous permettra de vous familiariser avec l’autohypnose. Cette base essentielle vous permet de communiquer profondément avec votre être et avec votre corps.

Une fois cet état de conscience acquis, tous nos autres modules ne correspondront qu’à de nouvelles étapes dans votre évolution et votre transformation de vous-même

Module

“Perte d’un être cher”

Nous sommes tous différents face à ces épreuves et nous réagissons selon nos sensibilités

Nous vivons tous notre chemin de deuil différemment.

Pourtant nous allons tous connaître, 4 phases bien distinctes qui vont nous permettre de tenter de nous reconstruire : 

  • Le choc / le traumatisme : le besoin d’être confronté à cette réalité que l’on refuse, ce moment où nous refusons de comprendre, d’admettre cette triste nouvelle. Cette étape est relativement courte mais très intense émotionnellement
  • La fuite en avant : comme un robot, on va vouloir expulser cette tristesse maladroitement en se consacrant à d’autres activités de façon effrénée : le travail, une activité extérieure, etc. 
  • Le repli sur soi, la déprime, la colère, les crises de larmes, ce ressenti d’être coupable, d’être inutile, la tristesse… cette étape peut subvenir des jours, semaines, voire des mois plus tard. 
  • Puis la phase de restructuration, de reconstruction, comme on dit dans le langage courant « faire son deuil ». Cette phase pendant laquelle on intègre psychiquement la perte de cet être cher. 

 

Toutes ces étapes sont plus ou moins présentes tout au long de cette terrible épreuve et l’étape finale de la reconstruction est parfois très très très longue à venir. 

Nous avons tous besoin d’aide tout au long de ce chemin de deuil : parfois la famille proche, les amis, et en général tous les gens bienveillants autour de vous vous apportent cette aide, ce réconfort

 

L’autohypnose agit extraordinairement bien, comme un véritable ami qui vous aide énormément, quelque soit la phase de deuil dans laquelle vous vous trouvez. 

 

L’autohypnose permet de mettre en rapport le défunt aimé et vous même

Le défunt aimé va entrer peu à peu en vous à travers des émotions et des souvenirs de moments partagés. 

C’est pour cela que l’on dit que nous ne faisons jamais totalement le deuil, et l’autohypnose vous aide à vivre paisiblement avec celui ci, en atténuant la douleur mentale petit à petit. 

 

L’autohypnose mobilise nos ressources intérieures et extérieures pour faire la place à notre objectif de vie : penser à l’être aimé défunt, et atténuer les douleurs pour vivre en paix et en équilibre avec notre intérieur, nos souvenirs et les personnes qui nous entourent. 

 

L’autohypnose aide à comprendre les étapes, vous accompagne avec force et vous permet d’assimiler le changement dans la paix intérieure et la sérénité. 

Des centaines de personnes ont réussi, pourquoi pas vous ?

Bonjour, j’ai arrêté de fumer grâce à l’hypnose . J’ai commencé à l’âge de 17 ans . J’ai essayé d’arrêter plusieurs fois par différentes méthodes ( Patch , Acupuncture , médicaments …) … sans succès. Puis une amie m’a parlé de l’hypnose . Il faut un minimum de motivation mais cela fonctionne. Avec douceur, comme une évidence, un changement de vie naturelle .. Cela fait 5 ans et je suis très heureuse.

Emmanuelle (49ans)

Bonjour, Il n’est pas dans mes habitudes de témoigner sur internet mais si celui-ci peut encourager les fumeurs à arrêter: J’ai testé l’hypnose il y a peu et il faut avouer que cette méthode change complètement la perception de la cigarette. Ce paquet qui s’est baladé dans mon sac à main pendant 10 ans est aujourd’hui un inconnu. Je suis heureuse d’être libérée de ce poison qui n’apporte rien!! Je vous encourage vraiment à essayer cette méthode

Anonyme

Bonjour Jai profité du mois sans tabac pour tester l’arrêt du tabac par l’autohypnose. Grâce à cette méthode, j’ai tiré un trait sur de nombreuses années de dépendance a la cigarette… Merci pour tout et j’espere que vous aiderez d’autres personnes à sortir de cet engrenage infernal qu’est le tabac .. MERCI Jérôme.

Jérôme (36 ans)

Bonjour, Je veux juste indiquer à ceux qui envisagent l’arrêt de cette drogue que le sevrage, physique et psychologique, n’a d’importance que celle que l’on veut bien lui accorder. J’ai arrêté de fumer depuis presque 4 mois et le manque ne s’est presque pas fait ressentir,alors que j’étais un bon fumeur (4 à 5 paquets par jour, c’est déjà de la bonne intox!). Je ne pouvais plus vivre avec le tabac, et je ne pouvais plus vivre sans non plus. infernal ! En arrêtant de fumer je n’ai rien perdu, rien abandonné mais je me suis récupéré et retrouvé, moi… J’ai un copain qui meurt en ce moment d’un cancer du poumon, il est à l’hôpital, il n’a plus que quelques jours à vivre, peut-être est-il mort à l’instant où j’écris ce témoignage…

Patrice (56 ans)